INTERNATIONAL

  • -

LSC 2019 @ ISEL

Ce Lundi midi avait lieu dans nos locaux le déjeuner de travail en vue d’organiser l’accueil des étudiants étrangers dans le cadre du programme « LSC 2019 ». L’occasion de revenir un peu plus en détail sur le programme LSC, ses acteurs et son déroulement.

Cette réunion réunissant élèves iséliens, membres de la Direction Déléguée aux Affaires Internationales de l’ISEL (Mr. BARUBE), du Service des Relations Internationales de l’Université du Havre (Mme. BALANEL & Mlle VILLAMAUX) et de l’administration isélienne (Mme OUARET) a pour but de coordonner les actions de chacune et chacun en fonction des différentes échéances.

« Heureux qui, comme Ulysse … »

L’ouverture à l’international est une priorité à l’ISEL, nous sommes convaincus qu’il faut voyager pour mieux apprendre, et que les valeurs de découverte, de partage et d’échange sont indispensables au bagage de tout ingénieur-logisticien. Mais dans les faits, qu’est-ce que cela signifie ?

Le programme LSC est l’un des piliers de l’action isélienne à l’international. Comme chaque année depuis plus de dix ans, ce cursus « Logistics & Supply Chain » permet à notre école d’ouvrir ses portes à des étudiants étrangers non-francophones dans le cadre d’un semestre d’études en anglais.

Le système de tutorat mis en place, basé sur la gentillesse de nos élèves-ingénieurs volontaires, permet de faciliter grandement l’intégration des nouveaux venus. Concrètement, les tuteurs aident non seulement leurs pupilles étrangers au point de vue matériel et administratif (aide pour les inscriptions, logement et état des lieux, ouverture des comptes bancaires …), mais s’assurent aussi de leur bien-être au quotidien et à leur intégration, notamment en facilitant leur participation dans les activités étudiantes.

D’année en année, le système fait ses preuves et permet aux tutrices et tuteurs de l’ISEL de s’ouvrir de nouveaux horizons et de se créer un réseau de nouvelles amitiés.

Quelques souvenirs des expéreiences LSC précédentes : 

CATÉGORIE : INTERNATIONAL


  • -

INTERVIEW DE F.BEHRENDT ET N.SCHMIDTKE

1/ Pour commencer, pouvez-vous vous présenter rapidement aux lecteurs ?

Je m’appelle Fabian Behrendt, je suis chercheur à l’Université de Magdebourg, en Allemagne, et je travaille dans des domaines directement liés à la logistique, aux transports et au management industriel. Je travaille avant tout pour l’IFF, notre institut de recherches appliquées, ou je suis en charge de la supervision du réseau.

Je m’appelle Niels Schmidtke, ma situation est quasiment la même : d’un côté je travaille pour le Fraunhöfer IFF, et de l’autre je fais partie de la chaire en systèmes logistiques à l’Otto von G. Institute. Mes sujets de recherche tournent autour de la numérisation et des modalités de la logistique « 4.0 ».

 2/ Qu’est-ce qui vous amène ici, à l’ISEL ?

 Nous avons développé un jeu de management, un « serious game » comme on les appelle, en partenariat avec l’Université et le Fraunhöfer IFF, un jeu auquel nous avons soumis à la fois nos étudiants ainsi que certaines entreprises partenaires. Nous souhaitions exporter ce jeu à l’étranger, et on était curieux de voir comment les étudiants français pourraient réagir. Comme nous avions déjà des bons contacts avec l’ISEL, et que collaborons avec votre école depuis plusieurs années, cela s’est fait très facilement.

Oui, cette année nous avons reçu une invitation de Mr Barubé, pour donner quelques cours et conférences, et aussi pour présenter notre business game aux étudiants de cinquième année. Le jeu concerne surtout le supply-chain management, et les différents mécanismes à l’œuvre dans les chaines de production et de distribution.

3/ Combien de temps vous a-t-il fallu pour voyager jusqu’au Havre ?

Nous sommes partis de Magdeburg vers – que je réfléchisse – onze heures trente du matin, et nous sommes arrivés à la gare du Havre à dix heures du soir, le voyage a donc duré plus de dix heures.

On a pris le train pour Hanovre, puis un vol de Hanovre à Paris, et pour finir un autre trajet en train pour rejoindre Le Havre. Beaucoup de temps passé dans les transports mais le jeu en vaut la chandelle ! 

4/ Combien de temps dure votre séjour ici ?

Seulement trois jours, malheureusement ! Notre retour en Allemagne est prévu pour demain après-midi. C’est un séjour très court, mais nous avons quand même pû profiter d’une super soirée dans un restaurant local avec Mr Barubé !

5/ Dans quels autres pays avez-vous eu la possibilité de voyager, dans le cadre de vos activités pro’ ?

J’ai de la chance, je voyage très régulièrement ! Par exemple, il y a deux semaines à peine j’ai assisté au dernier sommet du GU8 à Hull en Angleterre, car nous faisons partie du consortium GU8, comme l’ISEL. Et toi, Niels ?

Hmm … cette année je suis allé promouvoir notre business game à Riga, en Lettonie. C’est une ouverture d’esprit que nous souhaitons cultiver : nous pouvons inviter des étudiants étrangers à venir participer à nos jeux à Magdebourg pour qu’ils puissent y jouer avec nous, mais nous pouvons désormais aussi exporter le modèle et y jouer à l’étranger. Pour l’instant tout marche bien, donc on ne va pas se plaindre !

6/ Que pensez-vous de la ville du Havre (si vous avez pu la visiter) ?

Je pense qu’il me sera plus facile de répondre à cette question que Niels, car c’est déjà ma quatrième visite en Normandie ; j’ai pu me balader un peu, j’ai pris le tramway et je suis allé voir le bord de mer. C’est une ville qui me rappelle Magdebourg, en termes de taille, de climat et de conditions de vie : Magdebourg est une ville portuaire d’environ 250.000 habitants, réputée pour ses activités maritimes et son climat pluvieux. Pas si différent du Havre, donc !

Personnellement, c’est la première fois que je viens ici, et je ne pense pas pouvoir trouver du temps pour me balader. Nous sommes arrivés à la nuit tombée, donc nous n’avons pas pu voir grand chose, et avec toutes les conférences, les rendez-vous et les tâches administratives, il ne reste pas beaucoup de temps libre à la fin de la journée. J’ai bien aimé le peu que j’ai vu ; je reviendrai en Avril pour une conférence, j’espère bien pouvoir visiter un peu à ce moment là.

7/ Avez-vous remarqué des différences notables entre l’ISEL et votre université d’origine ? En ce qui concerne les étudiants, les infrastructures, les conditions de travail …

Lorsqu’ils jouent au jeu que nous leur proposons, les étudiants français nous ont paru tout aussi motivés et capables que leurs homologues allemands, ce qui est très encourageant pour nous. En toute honnêteté, nous avions fait un essai il y a deux ans avec vos étudiants internationaux (LSC) et ils n’étaient pas du tout aussi impliqués et actifs.

Ce qui est intéressant ici, c’est que nous échangeons avec des étudiants de cinquième année, qui sont déjà en fin de cursus et très proches de passer dans le monde actif, de devenir de vrais ingénieurs pros. Ils sont très au point sur les mécanismes qui régissent le domaine de la logistique, et surtout ils ne se contentent pas de jouer au jeu, ils essaient aussi de réfléchir aux façons de l’améliorer au fil de l’eau, c’est une super chose ! Un autre point positif, c’est que comme ils sont tous partis à l’étranger pendant leur formation, ils n’ont aucun problème à dialoguer en anglais, ce qui est un plus énorme.

8/ Pour finir, une petite question-piège : comment définiriez-vous la logistique à quelqu’un qui, comme moi, n’y connaît pas grand chose ?

 C’est une question difficile, mais quand nous abordons la question avec les étudiants, nous utilisons ce que l’on appelle les huit « bons » de la logistique (« 8 rights of logistics »). On veut amener le bon produit au bon endroit, au bon moment, à la bonne quantité, de la bonne qualité, dans le bon timing, au bon prix et au bon client.


  • 0
isel-international-etudiants-etudiant-interview-gmba-stages-entreprises-semestre-etranger

INTERNATIONAL : INTERVIEW D’ANTOINE, L’ISÉLIEN A LA CONQUÊTE DU MONDE

L’ISEL encourage ses étudiants à s’ouvrir à l’international.

+ SEMESTRE À L’INTERNATIONAL

Un semestre à l’étranger est d’ailleurs obligatoire en ISEL 4 (qui correspond à la deuxième année du cycle ingénieur) pour valider le diplôme.

+ TÉMOIGNAGE 

Voyez le témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot qui a joué au maximum la carte de l’international :
Il s’est désormais embarqué dans l’aventure du Red Graduate, programme de 24 mois proposé par Norbert Dentressangle : 3 à 4 missions de 6 mois dont l’une au moins s’effectue à l’étranger !

Antoine Ono-Dit-Biot témoigne concernant son parcours dans le cadre du programme Red Graduate de Norbert Dentressangle


  • -
semestre-etranger-colombie-etudiants-isel-le-havre

SEMESTRE A L’ETRANGER : COLOMBIE

Nous avons recueilli les propos de Louise F., Julien M, et Nicolas V. partis depuis le 4 janvier 2016 à l’université Sergio Arboleda à Bogotá en Colombie. Ils nous parlent de la vie en Colombie, de la vie étudiante, et de leurs ressentis.

SEMESTRE A L’ETRANGER : RETROSPECTIVES

Cent pour cent des élèves de l’ISEL ont l’opportunité d’effectuer depuis 2010 un semestre à l’étranger durant leur quatrème année : l’école dispose de nombreux partenaires à travers le monde comme la Finlande, les Etats-Unis, la Lituanie, l’Argentine…

Pour mémoire, en 2013  seul 3,5 % des étudiants français ont fait une mobilité internationale d’études, selon les résultats de la première enquête de CampusFrance et de l’institut d’études BVA.

TEMOIGNAGES

« Nous nous sommes bien adaptés à la vie colombienne, il faut savoir que les colombiens sont extrêmement accueillants et serviables, toujours prêts à rendre service et à aider les étrangers. Le climat est nettement plus chaud et instable qu’en France. Même si le cours du pesos varie, vivre en Colombie reste tout de même plus avantageux qu’en France. »

« Il existe beaucoup d’associations dédiées à l’intégration des étrangers, qui permettent de faire des sorties ou des voyages. Il est d’ailleurs très facile de se déplacer en Colombie, que ce soit au sein de Bogotá ou dans sa province, le prix des transports est abordable»

« Les colombiens semblent heureux de recevoir des étrangers même si de notre point de vue ils ne sont pas vraiment prêts pour les recevoir. En effet, ils sont peu à maîtriser l’anglais, là où en France l’anglais est une langue devenue incontournable. Cependant cela nous oblige à pratiquer notre espagnol et dès le début, nous avons ressenti les premiers progrès. »

« Nous avons reçu un excellent accueil de la part de l’université Sergio Arboleda, ceci est dû notamment aux connaissances que nous avions faites l’an passé lorsque des étudiants colombiens étaient venus étudier à l’ISEL. Les cours que nous avons choisi sont intéressants et les professeurs de l’université sont vraiment à l’écoute de nos demandes et de nos questions. Nous regrettons cependant le fait d’être peu nombreux en classe ce qui rendrait les cours plus interactifs. »

« Concernant la vie étudiante certaines différences avec la France apparaissent. Les colombiens ne conçoivent pas le fait de sortir en semaine, il n’y a donc pas de soirées étudiantes organisées par l’université. Il n’existe pas de Bureau des Elèves cependant les gens sont plus accueillants et plus ouverts qu’en France, il est donc facile de rencontrer du monde. »

« Avant notre semestre nous avions quelques appréhensions, quelques préjugés concernant l’insécurité, les éventuelles mauvaises rencontres… En réalité, il n’en est rien, il faut bien sur faire attention à ses affaires personnelles mais comme dans toute grande ville.La barrière de langue peut être effrayant au début mais le temps de s’habituer à l’accent et à la rapidité avec laquelle ils parlent et cette appréhension se dissipe. »

« Etudier si loin de la France, de l’Europe n’est pas si difficile, c’est surtout une expérience très enrichissante qui permet de découvrir une culture différente de la nôtre»


  • -
etudiant-argentin-etudiants-argentine-partenaires-vie-etudiante-programmes-internationaux-isel-le-havre

VIE ISÉLIENNE : LE QUOTIDIEN D’UN ÉTUDIANT ARGENTIN

ALTAMIRANO Franco Martin, un étudiant argentin, a suivi d’août 2015 à février 2016 des cours dans notre école. Il nous a fait part de son ressenti pour ces 6 mois passés au Havre :

« L’ISEL est un grand bâtiment situé à 15min à pied de l’université principale. L’établissement dispose d’une cafeteria, de nombreuses salles de classes équipées d’ordinateurs et des commodités nécessaires aux alentours (supermarché, centre commercial) »

«Il n’est pas évident au début de s’adapter aux cours en français, surtout que les 1ers cours que j’ai reçu étaient très théoriques. En comparant avec mes cours en Argentine, j’ai remarqué que la méthode d’enseignement en France met davantage l’accent sur les travaux pratiques et les exercices individuels. Il existe aussi une différence avec la méthode d’évaluation, elle est beaucoup plus simple en France puisqu’il y a seulement un contrôle et examen pour chaque sujet. J’ai eu de la chance car les évaluations ont eu lieu lors que mon dernier mois ici, ce qui m’a laissé le temps d’apprendre le français. En revanche ce qui est dommage c’est que tous les examens se déroulent pendant la même quinzaine, ce qui nous laisse peu de temps entre chaque pour réviser. »

« Le personnel universitaire a toujours été disponible lorsque j’en avais besoin. Les activités d’intégration ont également été d’une grande aide pour me permettre de rencontrer d’autres personnes. Malgré la barrière de la langue les enseignants sont très sympathiques et toujours disposés à nous aider. Il en est de même avec les étudiants, et avec le temps j’ai pu tisser des liens d’amitié avec eux »

« Le Havre est situé au Nord Ouest de la France, c’est une ville de taille moyenne qui offre beaucoup d’activités. Les activités et les commerces sont très faciles d’accès soit à pied soit avec les transports en commun. La proximité avec Paris et les autres villes du Nord ou de la Belgique est un point positif. En revanche, il pleut très souvent au Havre. Il est rare de trouver une semaine sans un jour de pluie, cependant les températures sont constantes du fait de la présence de la mer. »

« On ne peut nier que vivre à l’étranger ne génère pas d’appréhension, c’est tout à fait logique, mais tout cela disparaît quand on apprend à connaître les autres étudiants. Ces derniers mois, j’ai pu rencontrer des gens venant des quatre coins du monde et j’ai partagé beaucoup de moments et d’aventures avec eux.
Quand on met de côté les préjugés que l’on peut avoir sur les autres pays et leurs habitants et que l’on est complètement ouvert aux nouvelles choses, il devient très facile d’interagir avec eux et d’avoir de solides amitiés.
A l’Université du Havre, et dans mon cas à l’ISEL, je repars avec beaucoup de souvenirs, de rires et de joies.
Dire au revoir n’est jamais facile surtout en sachant qu’il est presque impossible de revoir les personnes rencontrées parce que nous vivons trop loin, mais j’avoue avoir apprécié ce que j’y ai vécu et être reconnaissant d’avoir vécu pendant 6 mois une aventure inoubliable. »

CATÉGORIE : INTERNATIONAL , VIE ISELIENNE


  • 0
international-scientifique-etudiants-isel-le-havre-infos

INTERNATIONAL : LA COLOMBIE A L’ISEL

Dans le cadre de la chaire « El Dorado » sponsorisée par l’Université colombienne de Sto Tomas (Bogota), le professeur Ramiro Delgado Ramona s’adresse cette semaine aux étudiants hispanistes de l’ISEL.

Actuellement, 2 étudiants d’ISEL4 se trouvent en Colombie afin d’y effectuer un semestre d’études . Nul doute qu’après les cours donnés par le collègue Colombien au Havre, de nombreuses vocations vont naître chez celles et ceux qui devront « s’expatrier » l’an prochain.


  • 0
spectacle-serious-game-projets-projet-cout-stockage-etudiants-isel-le-havre-entreprises-partenaires-isel

GMBA & SCM 2014

Joffrey Moal et Quentin Lepage participeront cette année au Global MBA & SCM, mutualisation du GMLOG (Global Masters in LOGistics) et du Global MBA.

+ QU’EST CE QUE LE GMBA&SCM ?

Il s’agit d’un programme diplômant impliquant des partenaires étrangers : l’Université chinoise de Xiamen, l’Université Coréenne de INHA et l’Université allemande de Magdeburg. Lors du séjour en France, en Allemagne, en Chine et en Corée, une trentaine d’heures de cours seront proposées (sujets : Business Administration + SCM) ainsi que des activités culturelles et visites d’entreprises. Tous les cours sont dispensés en langue anglaise.

Les étudiants (5 du Havre, 5 Chinois, 5 Coréens et 5 Allemands) voyageront de concert et se côtoieront tout au long du programme (logés au même endroit). Le programme démarrera fin juin pour se terminer fin juillet.

Bravo à nos Iséliens retenus et Good Luck !

Pour conclure, citons Antoine qui y a participé l’année dernière :

c’est une opportunité qu’il ne faut pas absolument pas laisser passer dans son accomplissement personnel et professionnel .

+ AU PROGRAMME

June 21 Arrival in Le Havre, France
June 22 Orientation

June 23-27 Coursework and site visits
June 28-30 Cultural tour

July 1 Travel to Madeburg, Germany
July 2-4 Coursework and site visits

July 5-6 Cultural tour
July 7-8 Coursework and site visits
July 9 Cultural tour

July 10-11 Travel to Xiamen, China

July 12-13 Cultural tour
July 14-18 Coursework and site visits
July 19 Cultural tour

July 20 Travel to Incheon, Korea

July 21-25 Coursework and site visits
July 26-28 Cultural tour


  • 0
stages-isel-le-havre-etudiants-semestre-etranger-international-entreprise-partenaires-semestre

INTERNATIONAL : INTERVIEW

L’ISEL encourage ses étudiants à s’ouvrir à l’international. Un semestre à l’étranger est d’ailleurs obligatoire en ISEL 4 (2e année du cycle ingénieur) pour valider le diplôme.

Voyez le témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot qui a joué au maximum la carte de l’international :

– stage en Angleterre ;
– stage au Qatar ;
– semestre à l’étranger à l’Ile Maurice ;
– participation au programme diplômant du Consortium GU8 : le « Global MBA and SCM » (échanges universitaires avec la France, l’Allemagne, la Chine et la Corée du Sud).

Il s’est désormais embarqué dans l’aventure du Red Graduate, programme de 24 mois proposé par Norbert Dentressangle : 3 à 4 missions de 6 mois dont l’une au moins s’effectue à l’étranger !

Témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot, Red Graduate Norbert Dentressangle

TAGS :

CATÉGORIE : INTERNATIONAL , STAGES


  • 0
international-gmba-scm-etudiants-professeurs-isel-le-havre

INTERNATIONAL : GMBA & SCM 2014

Le groupe de 12 étudiants étrangers participant au programme international de l‘ISEL était au complet !

Au menu de la matinée pour ces étudiants originaires d’Europe (Allemagne, Hongrie, Finlande), d’Asie (Chine, Corée du Sud), Amérique (Colombie).

Au programme : cours de « transport planning » donné par Monsieur Olivier Joly, professeur à l’Université du Havre. Des cours donnés, comme tous les autres, en anglais of course!

TAGS :

CATÉGORIE : INTERNATIONAL