INTERNATIONAL : INTERVIEW D’ANTOINE, L’ISÉLIEN A LA CONQUÊTE DU MONDE

  • 0
isel-international-etudiants-etudiant-interview-gmba-stages-entreprises-semestre-etranger

INTERNATIONAL : INTERVIEW D’ANTOINE, L’ISÉLIEN A LA CONQUÊTE DU MONDE

L’ISEL encourage ses étudiants à s’ouvrir à l’international.

+ SEMESTRE À L’INTERNATIONAL

Un semestre à l’étranger est d’ailleurs obligatoire en ISEL 4 (qui correspond à la deuxième année du cycle ingénieur) pour valider le diplôme.

+ TÉMOIGNAGE 

Voyez le témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot qui a joué au maximum la carte de l’international :
Il s’est désormais embarqué dans l’aventure du Red Graduate, programme de 24 mois proposé par Norbert Dentressangle : 3 à 4 missions de 6 mois dont l’une au moins s’effectue à l’étranger !

Antoine Ono-Dit-Biot témoigne concernant son parcours dans le cadre du programme Red Graduate de Norbert Dentressangle


  • -
interview-ersnt-professeur-portrait-isel-le-havre

10 QUESTIONS A… ERNST RIBBERT

Ernst Ribbert s’est prêté au jeu des  » 10 questions à… » : Voici ses réponses !

10 QUESTIONS A…

1/ Pour commencer, pouvez-vous vous présenter rapidement aux lecteurs ?

Je m’appelle Ernst Jurgen Ribbert, et je suis allemand. Je suis né et j’ai grandi dans la ville de Cologne, j’ai ensuite habité Aix-la-Chapelle (Aachen), et je vis depuis vingt-cinq ans à Bremerhaven, au bord de la Mer du Nord, au Nord-Ouest de l’Allemagne.

2/ Dans quelle école/université travaillez-vous ?

Je suis rattaché à l’Université des Sciences Appliquées de Bremerhaven (Hochschule Bremerhaven), qui a d’ailleurs un certain nombre de similitudes avec l’ISEL. Bremerhaven est une ville située à l’embouchure d’un fleuve majeur, surtout connue pour son activité maritime, ce qui est un premier point commun avec Le Havre ; notre école est à taille humaine (environ 300 élèves), et nous sommes également en étroite collaboration avec les différents acteurs portuaires industriels et commerciaux de notre région dans le domaine portuaire.

3/ Qu’y enseignez-vous ?

Vaste programme ! (rires) Alors, la plupart des cours que je donne ont trait à l’ingénierie dans toutes ses formes et dans ses différentes applications, que ce soit au niveau technique et technologique – l’un de mes cours s’intitule « Technical Mechanics » – ou encore du point de vue informatique et écologique (green logistics). Ce sont des sujets concrets, axés sur le fonctionnement et les besoins réels du monde professionnel, en particulier dans les entreprises. Pour répondre à la demande de celles-ci, les ingénieurs de demain doivent être polyvalents et sensibilisés à un grand nombre de domaines, c’est pourquoi ces enseignements sont complémentaires.

4/ Que venez-vous enseigner à l’ISEL ?

Dans le cadre de notre partenariat durable avec l’ISEL, j’ai été invité pour donner quelques cours cette année, comme je le fais depuis un certain temps. C’est toujours plaisant de revenir en Normandie, car j’aime beaucoup la région ! J’enseigne aux étudiants internationaux dans le cadre d’un cours nommé « Total Quality Management ». On y discute des différents leviers qui permettent d’influer –et ainsi d’améliorer – la chaÏne de création et de fabrication d’un produit ou d’un bien ; il s’agit surtout d’optimisation logistique.

5/ Combien de temps cela vous a-t-il pris pour venir jusqu’ici ?

Je fais le trajet en voiture depuis le nord de l’Allemagne, c’est donc assez long pour traverser le pays et pour arriver en Normandie ! Il y a plus de mille kilomètres de distance, une dizaine d’heures de route au minimum.

6/ Combien de temps dure votre séjour ?

Je suis arrivé dimanche soir, je reste trois jours entiers (lundi, mardi, mercredi) pour les cours, et je repars Jeudi matin. Vu ce qu’il se passe en France en ce moment [cf. manifestations, blocages et pénurie d’essence], j’espère ne pas avoir trop de problèmes pour repartir ! (rires)

7/ Quels pays étrangers avez-vous eu l’occasion de visiter ?

Je connais de nombreux pays, j’ai eu la chance de voyager un grand nombre de fois, que ce soit pour le travail ou pour le loisir. A vrai dire, il n’y a que cinq ou six pays en Europe dans lesquels je ne sois jamais allé. J’ai aussi beaucoup voyagé aux Etats-Unis : j’étais au Texas il y a quelques mois, et à Chicago l’année dernière !

8/ Que pensez-vous de la ville du Havre ?

C’est une très jolie ville, quand il fait beau comme aujourd’hui. J’aime énormément la région, sa culture et son histoire. La gastronomie aussi, il ne faut pas oublier la nourriture ! C’est ce qui est bien avec la France, ou que vous alliez, vous êtes sûr de bien manger.

9/ Question-piège : comment définiriez-vous la logistique ?

Pas évident, en effet. La logistique vient de la logique, c’est-à-dire l’application de notre esprit logique dans toutes les situations, dans le but de trouver la meilleure façon de traiter et de bouger un bien. La logistique est aussi une discipline militaire très ancienne, elle influençait déjà l’issue des guerres il y a des siècles, des millénaires. Il fallait s’assurer que les soldats, les navires, les canons, les catapultes … soient au bon endroit au bon moment. Enfin je dirais que le champ de la logistique est incroyablement vaste car il concerne tous les domaines de l’économie et de la société. On pourrait continuer de longues minutes à rajouter des définitions partielles de ce qu’est la logistique !

10/ Un dernier mot pour conclure ?

A bientôt !


  • -
interview-questions-sean-hughes-isel-le-havre-professeur-international

10 QUESTIONS A… SEAN HUGHES

Sean Hughes s’est prêté au jeu des  » 10 questions à… » : Voici ses réponses !

10 QUESTIONS A…

1/ Pour commencer, pouvez-vous vous présenter rapidement aux lecteurs ?

Bien sûr ! Je m’appelle Sean Hughes, je suis anglais, je viens de l’ouest du pays plus précisément.

2/ Qu’est-ce qui vous amène au Havre, et à l’ISEL ?

J’ai été invité par l’école pour donner des cours aux étudiants internationaux, et je fais aussi quelques heures à l’IUT Frissard juste à côté, à des étudiants français cette fois-ci. Je viens au Havre depuis une vingtaine d’années, et je connais bien le directeur de l’ISEL Mr Reppert, donc je suis devenu assez familier avec les lieux et les gens d’ici !

3/ Quel est votre parcours personnel en tant qu’enseignant ?

Je ne suis pas professeur de formation : j’ai travaillé des années durant au sein de plusieurs entreprises et organisations, comme manager en ressources humaines. J’ai aussi été un temps employé par le gouvernement britannique. Je ne me suis tourné vers l’enseignement que dans un second temps, c’est un métier différent mais qui me plaît bien.

4/ Qu’enseignez-vous ?

Le cours que je dispense aux étudiants étrangers à l’ISEL s’intitule « Human Resources Management », comme le nom l’indique j’y aborde plusieurs thèmes liés à la gestion des ressources humaines en entreprise, que ce soit en termes de « problem management », de « stress management », ou encore sur le leadership et les savoir-faire en communication. Ce sont des notions assez vastes, mais les RH jouent un rôle tellement important dans les entreprises à l’heure actuelle, c’est essentiel que les étudiants de l’ISEL y soient sensibilisés. J’essaie de mélanger théorie et pratique, pour apprendre aux élèves à bien faire certaines choses simples en apparences, mais pourtant essentielles. Pour prendre un exemple concret, ce matin j’ai donné des conseils et des astuces sur la question « Comment bien rédiger un e-mail professionnel ? » Mon but est de fournir aux élèves un petit bagage de connaissances et de talents qui leur seront utiles au quotidien dans leur future vie professionnelle.

5/ Combien de temps dure votre séjour en France ?

Eh bien, je suis arrivé d’Angleterre dans la journée de dimanche, et je repars cet après-midi (mercredi), je serai donc resté quatre jours au Havre. Ce n’est pas très long, surtout que le temps passe vite quand on est à l’étranger, trop vite parfois !

6/ Quels autres pays étrangers avez-vous déjà eu l’occasion de visiter ?

J’ai essentiellement voyagé en Europe Occidentale, en Allemagne, en Italie et en France. Comme je l’ai dit tout à l’heure, je n’ai pas enseigné durant toute ma carrière, donc certains des voyages que j’ai pu effectuer dans le cadre professionnel l’ont été à l’époque où je travaillais pour le compte des différents organismes dont je faisais partie.

7/ Que pensez-vous de la ville du Havre ?

Je connais bien Le Havre, c’est une destination qui est devenue récurrente pour moi. En vingt ans, j’ai pu voir la ville changer, se moderniser au fil du temps. Je trouve le centre-ville plus propre qu’avant, plus vivant aussi; certains ajouts comme le tramway rendent le paysage plus accueillant. L’architecture est singulière, certes, mais ce n’est pas surprenant lorsque l’on connait un peu l’histoire de la ville, et les conditions de sa reconstruction après-guerre. Quant à la météo, j’imagine que pour certains élèves et collègues venus de pays exotiques, cela doit être un gros changement; mais pour un anglais, ce n’est pas tellement dépaysant ! (rires)

8/ Que pensez-vous de l’ISEL ? En ce qui concerne les étudiants, les infrastructures, les conditions de travail ?

Là encore, au fil des années, j’ai pu être témoin des différents changements qui ont été opérés à l’ISEL, et je dois dire que c’est un endroit où il est agréable d’enseigner. Les bâtiments sont modernes et bien entretenus, les salles de cours auxquelles j’ai eu accès sont équipées de tous les outils nécessaires pour les professeurs comme pour les étudiants. L’accueil n’a pas changé, dans le sens où j’ai toujours été reçu chaleureusement, les gens que je rencontre sont charmants ! Dans l’ensemble, les conditions de travail sont vraiment agréables, et je pense que les élèves étrangers à qui j’enseigne pensent la même chose.

9/ Quels aspects de l’école faudrait-il encore améliorer selon vous ?

Hmmm … ce n’est pas une question évidente ! (il réfléchit) Je n’ai pas trouvé qu’il y ait de grosses lacunes ou de points négatifs particuliers, rien qui ne me vienne immédiatement à l’esprit, au contraire. Si vous m’aviez posé la même question il y a quatre ou cinq ans, j’aurais peut-être pensé à l’équipement informatique dans les salles de classe, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui parce que tout ce que j’ai pu utiliser est neuf et fonctionnel. Sans parler du PIL qui va être un « plus » considérable, et qui va, je pense, permettre à l’ISEL de passer encore à la vitesse supérieure, une fois ouvert.

10/ Une question-piège pour finir : comment définiriez-vous la logistique à quelqu’un qui ne connait rien dans ce domaine ? (comme moi)

Je dirais qu’il s’agit de réfléchir à comment faire circuler le bon produit au bon endroit et au bon moment ! « Getting the right equipment at the right place and the right time ! »


  • -
semestre-etranger-colombie-etudiants-isel-le-havre

SEMESTRE A L’ETRANGER : COLOMBIE

Nous avons recueilli les propos de Louise F., Julien M, et Nicolas V. partis depuis le 4 janvier 2016 à l’université Sergio Arboleda à Bogotá en Colombie. Ils nous parlent de la vie en Colombie, de la vie étudiante, et de leurs ressentis.

SEMESTRE A L’ETRANGER : RETROSPECTIVES

Cent pour cent des élèves de l’ISEL ont l’opportunité d’effectuer depuis 2010 un semestre à l’étranger durant leur quatrème année : l’école dispose de nombreux partenaires à travers le monde comme la Finlande, les Etats-Unis, la Lituanie, l’Argentine…

Pour mémoire, en 2013  seul 3,5 % des étudiants français ont fait une mobilité internationale d’études, selon les résultats de la première enquête de CampusFrance et de l’institut d’études BVA.

TEMOIGNAGES

« Nous nous sommes bien adaptés à la vie colombienne, il faut savoir que les colombiens sont extrêmement accueillants et serviables, toujours prêts à rendre service et à aider les étrangers. Le climat est nettement plus chaud et instable qu’en France. Même si le cours du pesos varie, vivre en Colombie reste tout de même plus avantageux qu’en France. »

« Il existe beaucoup d’associations dédiées à l’intégration des étrangers, qui permettent de faire des sorties ou des voyages. Il est d’ailleurs très facile de se déplacer en Colombie, que ce soit au sein de Bogotá ou dans sa province, le prix des transports est abordable»

« Les colombiens semblent heureux de recevoir des étrangers même si de notre point de vue ils ne sont pas vraiment prêts pour les recevoir. En effet, ils sont peu à maîtriser l’anglais, là où en France l’anglais est une langue devenue incontournable. Cependant cela nous oblige à pratiquer notre espagnol et dès le début, nous avons ressenti les premiers progrès. »

« Nous avons reçu un excellent accueil de la part de l’université Sergio Arboleda, ceci est dû notamment aux connaissances que nous avions faites l’an passé lorsque des étudiants colombiens étaient venus étudier à l’ISEL. Les cours que nous avons choisi sont intéressants et les professeurs de l’université sont vraiment à l’écoute de nos demandes et de nos questions. Nous regrettons cependant le fait d’être peu nombreux en classe ce qui rendrait les cours plus interactifs. »

« Concernant la vie étudiante certaines différences avec la France apparaissent. Les colombiens ne conçoivent pas le fait de sortir en semaine, il n’y a donc pas de soirées étudiantes organisées par l’université. Il n’existe pas de Bureau des Elèves cependant les gens sont plus accueillants et plus ouverts qu’en France, il est donc facile de rencontrer du monde. »

« Avant notre semestre nous avions quelques appréhensions, quelques préjugés concernant l’insécurité, les éventuelles mauvaises rencontres… En réalité, il n’en est rien, il faut bien sur faire attention à ses affaires personnelles mais comme dans toute grande ville.La barrière de langue peut être effrayant au début mais le temps de s’habituer à l’accent et à la rapidité avec laquelle ils parlent et cette appréhension se dissipe. »

« Etudier si loin de la France, de l’Europe n’est pas si difficile, c’est surtout une expérience très enrichissante qui permet de découvrir une culture différente de la nôtre»


  • 0
gol-2014-isel-le-havre

ÉVÉNEMENT : CONFÉRENCE GOL’14

« The 2nd International Conference on Logistics Operations Management – 2014 » (GOL’14) est la deuxième conférence internationale sur la logistique organisée par l’ENSIAS -Ecole Normale Supérieure d’Informatique et d’Analyse des Systèmes- à Rabat au Maroc, l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah à Fès au Maroc et l’université du Havre en France.

Elle s’est déroulée du 5 au 7 juin 2014 à l’ENSIAS de Rabat au Maroc. La première conférence a eu lieu à l’ISEL du 17 au 19 octobre 2012.

Cette conférence vise à réunir des chercheurs et des professionnels intéressés par la logistique de points de vue technologique, juridique, management, sciences économiques et sociales. Cette approche pluridisciplinaire expose l’état de l’art actuel se basant sur les nouvelles techniques et les nouveaux modèles de la gestion des flux logistiques divers. Elle traite plusieurs domaines scientifiques et couvre plusieurs thèmes de recherche tels que la modélisation des systèmes logistiques, nouveaux algorithmes d’aide à la décision, les systèmes d’information, la performance de la chaine logistique globale, la planification, l’ordonnancement, l’analyse de risque, les problèmes de transport et de stockage, et les aspects environnementaux et juridiques.

Jaouad Boukachour (LMAH, IUT du Havre) et Adnan Yassine (LMAH, ISEL) participent aux comités scientifique et d’organisation de cette conférence.

Retrouvez le programme complet de cette conférence ici.


  • 0
elysee-rencontrons-nous-portes-ouvertes-isel-le-havre-journees-rencontres-etudiants-lyceens-forums-magdeburg

CHAIRE INTERNATIONALE PERFORMANCE LOGISTIQUE 2014

La chaire d’école « Performance logistique » de l’ISEL accueille, en 2014, M. Teodor Gabriel CRAINIC, Professeur de recherche opérationnelle, transport et logistique à l’Ecole des Sciences de Gestion (ESG).

Teodor Gabriel CRAINIC, titulaire de la chaire en management logistique à l’UQAM (Université du Québec à Montréal) et Directeur du laboratoire sur les systèmes de transport intelligents du CIRRELT (Centre Inter-universitaire de Recherche en Réseaux d’Entreprise, Logistique et Transport).

Teodor Gabriel CRAINIC a souhaité s’entourer d’experts internationaux et des chercheurs connus au niveau mondial sur le thème du transport multi et intermodal, afin de dégager l’état de l’art, d’exposer les problèmes rencontrés actuellement et des méthodes modernes de résolution et de suggérer des pistes de réflexion pour la recherche future.

Ainsi se dérouleront, à l’ISEL, les 6 et 7 mai 2014, des conférences, des tables rondes et ateliers. Des professionnels, des chercheurs et des institutions y participeront. L’audience sera également composée des étudiants en Master et d’ingénieurs de l‘ISEL.

Attention : en raison des travaux à l’ISEL, la Chaire se tiendra à l’IUT site Frissard. Accueil dans le hall.

Retrouvez ici le programme complet.


  • 0
international-scientifique-etudiants-isel-le-havre-infos

INTERNATIONAL : LA COLOMBIE A L’ISEL

Dans le cadre de la chaire « El Dorado » sponsorisée par l’Université colombienne de Sto Tomas (Bogota), le professeur Ramiro Delgado Ramona s’adresse cette semaine aux étudiants hispanistes de l’ISEL.

Actuellement, 2 étudiants d’ISEL4 se trouvent en Colombie afin d’y effectuer un semestre d’études . Nul doute qu’après les cours donnés par le collègue Colombien au Havre, de nombreuses vocations vont naître chez celles et ceux qui devront « s’expatrier » l’an prochain.


  • 0
classe-etudiants-isel-le-havre

INTERNATIONAL : PARTENARIAT AVEC L’ARGENTINE

Après des débuts prometteurs, notamment dans le domaine de la mobilité étudiante, la collaboration entre l’ISEL et la faculté d’ingénierie de l’université argentine de Cuyo (ville de Mendoza) passe à la vitesse supérieure : la collaboration dans le domaine de la recherche.

Dans ce cadre, Nicolas Barubé, Adnan Yassine et Frank Guérin se sont rendus à Mendoza la semaine dernière. Leurs présentations auprès de leurs confrères et des étudiants du Master en logistique de la faculté d’ingénierie ont porté sur le management en entreprise mais aussi sur l’optimisation, notamment celle de la chaîne logistique.

Adèle Fleury et Myriam Blondet qui effectuent leur semestre à l’étranger dans ce programme étaient d’ailleurs au rendez-vous.


  • 0
spectacle-serious-game-projets-projet-cout-stockage-etudiants-isel-le-havre-entreprises-partenaires-isel

GMBA & SCM 2014

Joffrey Moal et Quentin Lepage participeront cette année au Global MBA & SCM, mutualisation du GMLOG (Global Masters in LOGistics) et du Global MBA.

+ QU’EST CE QUE LE GMBA&SCM ?

Il s’agit d’un programme diplômant impliquant des partenaires étrangers : l’Université chinoise de Xiamen, l’Université Coréenne de INHA et l’Université allemande de Magdeburg. Lors du séjour en France, en Allemagne, en Chine et en Corée, une trentaine d’heures de cours seront proposées (sujets : Business Administration + SCM) ainsi que des activités culturelles et visites d’entreprises. Tous les cours sont dispensés en langue anglaise.

Les étudiants (5 du Havre, 5 Chinois, 5 Coréens et 5 Allemands) voyageront de concert et se côtoieront tout au long du programme (logés au même endroit). Le programme démarrera fin juin pour se terminer fin juillet.

Bravo à nos Iséliens retenus et Good Luck !

Pour conclure, citons Antoine qui y a participé l’année dernière :

c’est une opportunité qu’il ne faut pas absolument pas laisser passer dans son accomplissement personnel et professionnel .

+ AU PROGRAMME

June 21 Arrival in Le Havre, France
June 22 Orientation

June 23-27 Coursework and site visits
June 28-30 Cultural tour

July 1 Travel to Madeburg, Germany
July 2-4 Coursework and site visits

July 5-6 Cultural tour
July 7-8 Coursework and site visits
July 9 Cultural tour

July 10-11 Travel to Xiamen, China

July 12-13 Cultural tour
July 14-18 Coursework and site visits
July 19 Cultural tour

July 20 Travel to Incheon, Korea

July 21-25 Coursework and site visits
July 26-28 Cultural tour


  • 0
stages-isel-le-havre-etudiants-semestre-etranger-international-entreprise-partenaires-semestre

INTERNATIONAL : INTERVIEW

L’ISEL encourage ses étudiants à s’ouvrir à l’international. Un semestre à l’étranger est d’ailleurs obligatoire en ISEL 4 (2e année du cycle ingénieur) pour valider le diplôme.

Voyez le témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot qui a joué au maximum la carte de l’international :

– stage en Angleterre ;
– stage au Qatar ;
– semestre à l’étranger à l’Ile Maurice ;
– participation au programme diplômant du Consortium GU8 : le « Global MBA and SCM » (échanges universitaires avec la France, l’Allemagne, la Chine et la Corée du Sud).

Il s’est désormais embarqué dans l’aventure du Red Graduate, programme de 24 mois proposé par Norbert Dentressangle : 3 à 4 missions de 6 mois dont l’une au moins s’effectue à l’étranger !

Témoignage d’Antoine Ono-Dit-Biot, Red Graduate Norbert Dentressangle

TAGS :

CATÉGORIE : INTERNATIONAL , STAGES