EVENEMENT : L’ISEL REJOINT NORMANDIE UNIVERSITÉ

  • -
logo-normandie-tech-universite-isel-le-havre-projets-evenements

EVENEMENT : L’ISEL REJOINT NORMANDIE UNIVERSITÉ

L’ISEL rejoint « Normandie Université » afin de s’unir sous la marque « Normandie Tech ».

+ ISEL & NORMANDIE TECH

L’ISEL fait partie des douze écoles d’ingénieurs de Normandie (ainsi que l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie ENSA) qui ont décidé de rejoindre « Normandie Université« , et de s’unir sous la marque « Normandie Tech ».

logo-normandie-tech-universite-isel-le-havre-projets-evenements

+ LE PROJET NORMANDIE TECH

Le but ? Augmenter la visibilité des formations en ingénierie, et de pousser plus loin la collaboration régionale entre les différents acteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

logo-normandie-tech-isel-le-havre-projets-evenements

Découvrir le communiqué de presse issu de l’Assemblée Générale.


  • -
semestre-etranger-colombie-etudiants-isel-le-havre

SEMESTRE A L’ETRANGER : COLOMBIE

Nous avons recueilli les propos de Louise F., Julien M, et Nicolas V. partis depuis le 4 janvier 2016 à l’université Sergio Arboleda à Bogotá en Colombie. Ils nous parlent de la vie en Colombie, de la vie étudiante, et de leurs ressentis.

SEMESTRE A L’ETRANGER : RETROSPECTIVES

Cent pour cent des élèves de l’ISEL ont l’opportunité d’effectuer depuis 2010 un semestre à l’étranger durant leur quatrème année : l’école dispose de nombreux partenaires à travers le monde comme la Finlande, les Etats-Unis, la Lituanie, l’Argentine…

Pour mémoire, en 2013  seul 3,5 % des étudiants français ont fait une mobilité internationale d’études, selon les résultats de la première enquête de CampusFrance et de l’institut d’études BVA.

TEMOIGNAGES

« Nous nous sommes bien adaptés à la vie colombienne, il faut savoir que les colombiens sont extrêmement accueillants et serviables, toujours prêts à rendre service et à aider les étrangers. Le climat est nettement plus chaud et instable qu’en France. Même si le cours du pesos varie, vivre en Colombie reste tout de même plus avantageux qu’en France. »

« Il existe beaucoup d’associations dédiées à l’intégration des étrangers, qui permettent de faire des sorties ou des voyages. Il est d’ailleurs très facile de se déplacer en Colombie, que ce soit au sein de Bogotá ou dans sa province, le prix des transports est abordable»

« Les colombiens semblent heureux de recevoir des étrangers même si de notre point de vue ils ne sont pas vraiment prêts pour les recevoir. En effet, ils sont peu à maîtriser l’anglais, là où en France l’anglais est une langue devenue incontournable. Cependant cela nous oblige à pratiquer notre espagnol et dès le début, nous avons ressenti les premiers progrès. »

« Nous avons reçu un excellent accueil de la part de l’université Sergio Arboleda, ceci est dû notamment aux connaissances que nous avions faites l’an passé lorsque des étudiants colombiens étaient venus étudier à l’ISEL. Les cours que nous avons choisi sont intéressants et les professeurs de l’université sont vraiment à l’écoute de nos demandes et de nos questions. Nous regrettons cependant le fait d’être peu nombreux en classe ce qui rendrait les cours plus interactifs. »

« Concernant la vie étudiante certaines différences avec la France apparaissent. Les colombiens ne conçoivent pas le fait de sortir en semaine, il n’y a donc pas de soirées étudiantes organisées par l’université. Il n’existe pas de Bureau des Elèves cependant les gens sont plus accueillants et plus ouverts qu’en France, il est donc facile de rencontrer du monde. »

« Avant notre semestre nous avions quelques appréhensions, quelques préjugés concernant l’insécurité, les éventuelles mauvaises rencontres… En réalité, il n’en est rien, il faut bien sur faire attention à ses affaires personnelles mais comme dans toute grande ville.La barrière de langue peut être effrayant au début mais le temps de s’habituer à l’accent et à la rapidité avec laquelle ils parlent et cette appréhension se dissipe. »

« Etudier si loin de la France, de l’Europe n’est pas si difficile, c’est surtout une expérience très enrichissante qui permet de découvrir une culture différente de la nôtre»